Le Big Data? Mais ça change quoi pour moi?

De nombreux articles présentent aujourd’hui le Big Data comme une nouvelle révolution industrielle au même titre que l’arrivée de la vapeur (début du XIXème), de l’électricité (fin du XIXème) et de l’informatique (fin du XXème). D’autres, un peu plus mesurés, situent ce phénomène comme la dernière étape de la troisième révolution industrielle qui est en fait celle de « l’information » (cf article des Echos et blog Soft Computing). Quoi qu’il en soit ces considérations présentent le Big Data comme une source de bouleversement profond de la société.

Ce bouleversement attendu commence à faire l’objet d’une réelle prise de conscience dans les entreprises françaises, la preuve, le « Big Data Index » décolle: 43% des DSI (informatique) ont un projet sur ce thème en 2014 contre 7% en 2012 (cf article)… « Et alors? » vous répondra votre voisin(e), cousin(e) ou meilleur(e) ami(e) (pas vous car vous lisez ce blog!). En France une personne moyenne (au sens statistique du terme) a environ 40 ans, vit dans une ville de taille moyenne et est employée avec un diplôme niveau Bac ou moins (cf Article du Point). Bref, les dataminers, enseignants chercheurs, architectes SI, consultants ou responsables en ressources humaines sont évidemment une partie infime de la population… Ainsi, même avec toute la passion du monde pour en parler ce sujet du Big Data paraît très lointain pour la plupart des gens et c’est normal.

Toujours en me référant aux usages moyens, les français sont majoritairement actifs sur les réseaux sociaux, envoient presque 100 sms par mois et passent plusieurs heures sur internet tous les jours donc la question des données personnelles et de leur usage les inquiéte. Mais si le Big Data se limite à de l’espionnage sur internet pour toujours plus de publicité alors la vie quotidienne ne risque pas d’être bouleversée.

On peut distinguer 3 types d’impacts du Big Data sur notre vie de tous les jours, du plus « cosmétique » ou au plus profond.

Nous serons (sommes) épiés pour être mieux servis

Internet-Explorer-support

Mieux connaître ses clients ou prospects est un enjeu majeur pour toutes les entreprises. Le volume et la diversité des informations utilisées sont actuellement minimes par rapport au champ des possibles:

  • pour commencer il semblerait que 70% des données internes à une entreprise ne sont pas exploitées (si par exemple vous avez répondu à une enquête de satisfaction il y a peu de chance que vos réponses soient présentes dans votre dossier client – cf article)
  • les informations que d’autres entreprises possèdent (vos abonnements à des magazines, vos cartes de fidélité de supermarché, vos adresses email etc…) sont souvent disponibles à l’achat mais pas systématiquement intégrées
  • les données publiques (open data) sont aujourd’hui peu présentes dans les analyses des entreprises, elles concernent rarement directement les citoyens mais plutôt leurs voitures, leurs maisons, leurs quartiers etc… (fichier des immatriculations, cadastre, santé etc…)
  • les données issues du web, vos fameux « cookies » (ce que vous avez fait sur internet les mois précédents), sont peu utilisés même si ceci est en train de rapidement changer

Savoir qui vous êtes, ce qui vous intéresse et ce que vous êtes en train de faire permettra de vous proposer la bonne offre ou le bon service au bon moment: une nouvelle promotion pour les pull GAP enfants alors que ça fait 3 fois que vous hésitez à les prendre, une assurance voyage alors que vous êtes à l’aéroport (votre banque le sait car vous avez retirez de l’argent au distributeur d’Orly), les services de déménagement « luxe » parce que vous venez de vendre votre maison et que vous êtes abonnés à « décoration maison haute gamme » etc…

Bref, on ne peut décemment pas parler de révolution de la société mais il faut quand même garder en tête que toutes ces techniques permettent concrètement aux entreprises d’être efficaces commercialement, les enjeux business sont colossaux. Ainsi, ne pas lancer de tels projets revient à laisser de l’avance aux concurrents et risquer de perdre des parts de marché à court terme. Il n’y a de toute façon pas de mystère: si une société comme Criteo (retargeting publicitaire sur internet) connait un tel succès et que de nombreuses agences média et/ou start up proposent d’exploiter vos cookies c’est qu’ils ont une valeur indiscutables. A noter que ces traitements ont été rendus possibles à grande échelle, de manière industrielle et en temps réel grâce aux technologies du Big Data.

Nous bénéficierons d’avancées majeures dans les domaines scientifiques

smrt-grids1

Certains domaines sont plus consommateurs d’analyse de données que d’autres. Je pense bien sûr à la santé, l’astronomie, l’énergie et tout ce qui comporte des flux (télécommunication, tourisme etc…). Sans réécrire les articles précédents sur la santé, le tourisme ou la mobilité il apparaît que le Big Data a déjà débloqué des situations qui accélèrent les progrès sur des sujets qui nous touchent à notre quotidien. Voici deux exemples intéressants :

  • dans la recherche génomique: la nouvelle puissance de calcul a permis de diviser par 10 000 le temps et l’argent qu’il fallait pour modéliser le génome d’une personne (aujourd’hui c’est faisable en 24h pour moins de 1000$). La modélisation d’un génome complet permet d’analyser les micros détails qui différent d’un individu à l’autre afin d’en déduire les prédispositions génétiques à des maladies type Alzheimer, Cancer x ou y; nous n’y sommes pas encore tout à fait mais cela devrait arriver rapidement (notamment avec les moyens que Google a mis sur ce thème là – cf article blog santé)
  • dans le secteur de l’énergie IBM met en avant des solutions de réseaux électriques intelligents (qui peuvent éteindre des appareils inutilement allumés ou optimiser les ressources nécessaires en fonction des usages – cf article Forbes) mais aussi des aides au déploiement de réseaux et d’offres (meilleur endroit pour une éolienne, tarification dynamique pour tel profil de consommateur etc… – cf IBM)

Ce type de travaux auront, à terme, des impacts certains sur notre durée de vie, notre consommation d’énergie, nos modes de déplacements etc… Ceci n’est cependant pas simple à matérialiser lors d’une discussion de tous les jours, d’une part car nous n’en sommes qu’au début et d’autre part car il y a toujours eu des progrès dans le domaine de la santé ou de l’énergie, cela pourrait donc s’apparenter à une simple suite logique; alors qu’en réalité l’accélération est brutale.

Les objets connectés seront omniprésents dans notre vie

NEST

Les sujets Big Data et Objets Connectés sont souvent, et c’est compréhensible, mélangés dans les articles ou conférences. Cet amalgame est inévitable car les Objets Connectés émergent grâce aux technologies Big Data, par ailleurs le Big Data se nourrit des données issues des Objets Connectés toujours plus nombreux… On est donc un peu face à l’histoire de la poule et l’œuf.

En fait les objets connectés existent depuis très longtemps, on peut par exemple citer les solutions de Machine To Machine qui ont vu le jour il y a plus de 15 ans: des flottes de camions équipés de boitiers avec une carte sim pour suivre leurs localisations, temps de pause etc… ou bien des distributeurs de boissons eux aussi équipés en cartes sim pour informer de l’état des stocks. Depuis 15 ans les choses évoluent à la fois au niveau du matériel (boitiers plus petits, capteurs plus nombreux et précis) mais aussi grâce à l’arrivée du Big Data au milieu des années 2000. La capacité à stocker et traiter l’information en masse donne LA valeur complémentaire qui permet le décollage de ces objets: la donnée brute est analysée en temps réel pour devenir un service aux utilisateurs (prévenir une panne dans une voiture, avertir d’un risque santé etc…).

Voici un exercice très personnel consistant à réaliser une liste du top 5 des objets qui, j’en suis persuadé, feront partie de notre vie quotidienne dans les années à venir:

  1. Hors top 5 (car déjà là) = les smarphones (44% de pénétration chez les plus de 11 ans – cf journal du net), tablettes, et même « box » sont des objets connectés, toujours plus présents dans nos poches ou foyers…
  2. D’ici environ 2 ans l’ensemble des nouvelles voitures seront connectées, cela permettra de localiser une voiture, analyser la conduite, détecter les pannes à venir, intervenir immédiatement en cas d’accident, voire même prêter sa voiture à distance grâce à son smartphone. La « Google Car » qui se conduit toute seule est, elle, encore plus révolutionnaire et sera testée au Royaume Unis en 2015 (donc très bientôt en France – cf FranceTv)
  3. Dès 2015 les habitations françaises vont élargir leurs équipements: thermostats intelligents couplés à des détecteurs de fumées et d’intrusion (attention Nest – Google – est arrivé en France avec ses incroyables produits! Ils devraient bientôt largement communiquer); un autre exemple avec Linky qui sera installé d’ici 2020 partout en France (compteur communicant et intelligent d’EDF)
  4. Les « wearables » (à porter sur soi) devraient connaitre un beau succès parmi certaines populations « qui aiment le contrôle »: bracelet santé (pouls, sommeil, nombre de pas, calories etc…), montre apple, baskets et autres équipements sportifs pour suivre les performances (raquette de tennis, club de golf, chaussures de foot)
  5. Les villes seront progressivement équipées de capteurs pour suivre l’activité et améliorer la qualité de vie: parking (occupation), déchets (niveau des poubelles), trafic (état de la circulation) etc…
  6. Et de nombreux autres objets qui auront des usages spécialisés: lunettes « GoogleGlass » (utiles pour une professionnel qui veut partager ce qu’il voit, sur un chantier ou lors d’une opération médicale) et brosse à dents connectée (par exemple l’excellente Kolibree pour motiver ses enfants de manière ludique)

Débloquée par le Big Data, l’émergence des objets connectés va réellement bouleverser notre quotidien, et cela très rapidement. Autour de ces objets apparaissent de nouveaux services et de nouveaux usages, dont la plupart restent à inventer.

 

En conclusion je dirais que si les termes Big Data restent relativement flous, et qu’il n’est pas simple d’y associer du concret dans notre vie de tous les jours, on peut toutefois constater que l’impact va au-delà du simple ciblage commercial sur internet. En effet les objets connectés commencent à envahir nos quotidiens et vont réellement transformer notre façon de vivre, ceci grâce bien sûr aux progrès technologiques dans ce domaine (capteurs notamment) mais aussi grâce à la capacité de stockage et de traitement des mégadonnées. Sans Big Data les bracelets, thermostats et autres boitiers dans les voitures ne connaîtraient probablement pas le même succès.

Quelques liens intéressants: article InformationWeek sur le Big Data, étude ATKearney sur la destruction des business model avec le Big Data, l’impact du Big Data en astronomie par TheAtlantic.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s